GMI : UN FORT ENGAGEMENT DANS L’ECONOMIE CIRCULAIRE

Groupe

Particulièrement convaincu que le système économique de demain doit reposer sur une notion de durabilité en minimisant les impacts environnementaux de ses activités, l’économie circulaire constitue un axe de travail prioritaire pour GMI en matière d’écoconception, de sobriété d’usage, de réemploi, de recyclabilité et d’investissements et projets durables.

Ecoconception et recyclage : deux maîtres-mots pour le Groupe Maillard Industrie

GMI, acteur économique engagé depuis plus de 30 ans dans le développement durable, est un véritable précurseur en matière d’écoconception et de recyclage.

Le réemploi des matières premières et des produits en fin de vie a toujours été au cœur des préoccupations de GMI, qui s’est très tôt organisé afin de réduire l’impact environnemental de son activité.

Dès la création de l’entreprise en 1981, des broyeurs sont installés sur site afin de pouvoir recycler les chutes de matières plastiques thermoformées et les pièces rotomoulées mises au rebut.

En 2005, afin de densifier cette activité, GMI construit sa propre unité de recyclage dédiée aux matières plastiques industrielles, et l’installe dans un bâtiment construit pour l’occasion sur son site de Franche-Comté.

Aujourd’hui, GMI peut affirmer que tous les produits fabriqués en thermoformage au sein de ses unités de production sont recyclables et réutilisables à 100 % dans d’autres fabrications.

L’entreprise s’est très tôt penchée sur l’analyse du cycle de vie de ses produits, de la conception jusqu’à l’élimination, et a trouvé des éco-solutions. Numéro 1 français sur le marché du conditionnement automobile, avec notamment la réalisation d’emballages thermoformés durables adaptés au conditionnement de tous les composants d’un véhicule, GMI propose aux constructeurs et équipementiers automobiles une prestation complète : l’étude de leur projet par son département R&D, la réalisation de prototypes, le lancement en production et le recyclage des produits lorsqu’ils arrivent en fin de vie.

Que ce soit pour Renault, Stellantis ou Volvo tous les emballages fabriqués par GMI sont systématiquement récupérés au bout de 4 à 5 ans pour être broyés dans son unité de recyclage. La matière recyclée est ensuite réintégrée dans les nouvelles fabrications de ces constructeurs ou dans des produits rotomoulés pour le marché de l’industrie (cuves de toutes tailles, carters de protection, etc).

Ainsi, en recyclant chaque année jusqu’à 2 400 tonnes de matières plastiques, GMI ne génère aucun déchet thermoplastique sur son site et il en est de même pour son activité de mécanosoudure.

Toutes les matières premières utilisées par le groupe, que ce soit les aciers, les inox, les aluminiums et les différents plastiques, sont consommées dans les 750 produits différents fabriqués annuellement par GMI et réutilisées en fin de vie dans des filières de revalorisation.

L’entreprise, en ne générant quasiment aucun déchet ultime, s’inscrit pleinement dans la démarche vertueuse de l’économie circulaire.

L’entreprise a même anticipé l’utilisation de matière biosourcée et dispose d’un brevet qui lui permet de fabriquer des pièces à partir d’un mélange de plastique et de fibre végétale.